COVID-19 et les restaurants — comment est-ce que les consommateurs réagissent? - Brand Points Plus Canada

COVID-19 et les restaurants — comment est-ce que les consommateurs réagissent?

Est-ce tout le malheur et la tristesse? Selon les projections par la Chambre de Commerce du Canada (basé sur la recherche de Statistique Canada), 60% des opérateurs sont à  risque de fermeture par la fin de 2020. Des nuages sombres continuent à  s’accumuler sur l’horizon: la perspective d’une réduction de divers programmes de soutien gouvernementaux ; une interruption de six mois des repas en terrasse au cours de l’automne et de l’hiver ; et une deuxième vague probable du virus.

COVID-19 and canadian restaurants

Pour mieux comprendre l’humeur et les attitudes des consommateurs Canadiens en ce qui concerne COVID-19, le Laboratoire Analytique Agri-Food à  Dalhousie a commandité un projet de recherche détaillée menée par Angus Reid en juin 2020.

Un total de 1 505 Canadiens ont été interrogés. Ils ont été demandés s’ils  commandaient de la nourriture des restaurants durant cette pandémie et s’ils ont l’intention de retourner à  leurs vieilles habitudes après. L’enquête a mesuré les attentes des consommateurs en termes d’utilisation des services alimentaires pour le restant de l’année.


Impacts comportementaux de COVID-19 — aperçues importantes




La bonne nouvelle

  • Deux tiers des Canadiens continuaient de commander la nourriture régulièrement des restaurants durant la pandémie. Un total de 64% des Canadiens ont commandé de la nourriture d’un restaurant à  toutes les deux semaines au moins. 
  • Un total de 83% des Canadiens ont commandé de leurs restaurants préférés durant les trois premiers mois de la pandémie.
  • Les jeunes ont plus tendance à  commander la nourriture à  emporter d’un restaurant. Au total, 81 % des répondants âgés de 18 à  34 ans ont commandé au restaurant, le taux le plus élevé parmi les groupes d’âge.
  • à€ peu près 29% des Canadiens ont commandé des restaurants au moins une fois par semaine, et 9% ont commandé de la nourriture par semaine au début de la pandémie.

La mauvaise nouvelle

Environ la moitié des Canadiens étaient hésitants de reprendre le patronnage des restaurants pour protéger leur propre santé.  

  • La disposition semble être la question la plus importante pour les gens.
  • Environ 10% des Canadiens disent qu’ils vont éviter des établissements en raison de leur réputation en matière de sécurité alimentaire.
  • Et environ un cinquième des Canadiens vont éviter des établissements pour des raisons non divulguées.

En fin de compte, les opérateurs doivent investir dans la modification de leur environnement physique et de leur niveau de service perçu afin de renforcer la confiance. La cohérence et l’engagement dans la mise en œuvre de ces changements vous permettront de gagner et de conserver la confiance des consommateurs.

Répondre et gérer les exigences

Dans l’enquête de Dal Agri-Lab, ils ont demandé aux Canadiens ce qu’ils s’attendaient à  voir lorsqu’ils retourneraient dans le restaurant de leur choix. La grande majorité des personnes interrogées ont déclaré qu’elles s’attendaient à  voir davantage d’équipements de protection individuelle portés par le personnel, et à  voir des mesures prises pour séparer/protéger les dîneurs (par exemple, davantage de plexiglas). 

Il est intéressant de noter que les participants ont également une appréciation pour les défis auxquels sont confrontés les opérateurs pour maintenir la sécurité et gérer les circonstances. Près de 40 % des Canadiens ont déclaré qu’ils s’attendaient à  un service plus lent et 29 % s’attendent à  des changements de menu ou à  moins de choix. 

Auteur de l’étude du Dal Agri-Lab, Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politique alimentaire à  l’université Dalhousie, estime que jusqu’à  30 % des pertes de revenus des restaurants en 2021 pourraient être dues au travail à  domicile. « Plus les gens travaillent à  domicile, moins ils sont susceptibles de dépenser de l’argent pour acheter de la nourriture et des boissons dans les restaurants locaux ».


« Plus les gens travaillent à  domicile, moins ils sont susceptibles de dépenser de l’argent pour acheter de la nourriture et des boissons dans les restaurants locaux ».

Sylvain Charlebois, professeur en distribution et politiques alimentaires à  l’Université Dalhousie

La voie à  suivre dépendra des gouvernements et des opérateurs qui s’aideront eux-mêmes en faisant ce qu’il faut pour optimiser la sécurité alimentaire afin de convaincre les clients qu’il est sécuritaire de retourner au restaurant. 

L’industrie alimentaire a déjà  été secouée par des difficultés sans précédent dues à  la COVID-19. Une enquête menée par Restaurants Canada auprès des opérateurs à  la fin du mois de mars 2020 a révélé qu’un restaurant sur dix au Canada avait déjà  fermé définitivement – soit environ 10 000 entreprises qui avaient décidé de ne pas rouvrir. M. Charlebois ajoute : « Nous nous attendons à  ce que l’industrie perde 20 milliards de dollars, en plus de ce qui s’est réellement passé ce printemps. Dans un an, 25 % de tous les restaurants disparaîtront »

Bien que de nombreux autres opérateurs puissent être contraints de fermer d’ici 2021, l’industrie persévéra. Toutefois, la réduction des occasions de repas et la modification du comportement des consommateurs pourraient se poursuivre sur le long terme.

Related Topics

Ne négligez pas les consommateurs Baby Boomer qui ont encore de l’influence

  • Conseils d’experts
  • Tendances

Si vous vous souvenez de l’Encyclopédie Britannica, des repas télé Swanson, des lignes partagées, des boîtiers pour la télévision, des…

Read Article

Y a-t-il suffisamment de diversité et d’inclusion dans l’industrie de service alimentaire au Canada ?

  • Conseils d’experts
  • Tendances

« Le secteur de service alimentaire et de l’hôtellerie est composé de nombreux personnes noires, autochtones, personnes de couleur et…

Read Article
Fruit D'Or copy
ADL (1)
Polar Pak